Historique du Moulin de la Mothe

        Le moulin de la Motte fait partie d´un ensemble de moulins à eau qui jalonnaient la vallée de l´Ellé au profit des territoires des communes de Quimperlé, Rédéné et Tréméven. Cet ancien moulin seigneurial de la Motte-Tymen en Rédéné, manoir dépendant de la Trêve de Saint David, subit l'effet des crues dévastatrices de la rivière " éllé " sur la quelle il se situe. Des écrits indiquent que le 13 octobre 1739, sa pêcherie  a été ravagée par les eaux. En 1792, après la réforme de l'état civil, Mathurin, fils du meunier de la Motte, est le premier bébé quimperlois dont la naissance, au lieu du baptême, soit enregistrée. Au cours des siècles, plusieurs édifices se sont succédés sur ce site encaissé de la basse vallée de l´Ellé. Un moulin à trois roues figure sur le cadastre de 1825.
        Les propriétaires successifs ont été  M.Eon  de 1840 à 1860 et  M.Blin  de 1860 à 1872.  Reconstruit sans cesse puisque lié à l´évolution de l´artisanat et de l´industrie de la ville proche, il fut agrandi, transformé au  19e siècle ( le logis de maître,  à l'ouest,  date de cette époque; ce sont  les gîtes actuels dans lesquels vous résidez ) et exploité  par la famille Laudren, propriétaire  depuis  1872, qui cesse ses activités traditionnelles, autour de 1920. Facture datant de 1899: (Vous observerez au passage que l'écriture  de MOTTE est devenu MOTHE)  et photos de la même époque :
        D'important travaux sont réalisés  entre 1920 et 1930, une nouvelle activité  prend naissance  au sein de la minoterie  d'antan qui devient une unité de production électrique  exploitée  par la compagnie Lebon, sous la société anonyme    " Les forces motrices de l´Ellé "; toute la partie arrière du moulin est renforcée, des vannes électriques créées, le lit de la rivière modifié par la création d'un déversoir. L'usine  produira  de l'électricité  jusqu'en 1965,  date à laquelle la  centrale  nucléaire de  Brennilis (centre Bretagne) prit le relais.

        La propriété, à l'abandon,  fut achetée par M.Huon et M.Vernes en 1968 et revendue  deux années plus tard,  au Conseil Supérieur de le Pêche. Des travaux  furent  à nouveau entrepris pour héberger des gardes pêche  et leurs familles, dans la partie ouest, anciens logements de maîtres  et la partie est, ancienne usine de production électrique et jadis, ancien lieu abritant la machinerie de la minoterie. Les logements de fonction, désertés au bout d'une quinzaine d'années,  l'ancienne minoterie devient le lieu de travail des gardes pêche qui exploitèrent une pisciculture, à des fins expérimentales,  pour le repeuplement des rivières durant 10 années environ.

        Désaffectés,  les bâtiments sont à nouveau dans un état pitoyable. Ils subissent  la crue de 1995, avec 70 cm d'eau dans les locaux. Le conseil Supérieur de la Pêche décide de vendre et je fis l'acquisition de  ces bâtiments en 1996. De nouveaux travaux sont entrepris dés mars 1996;  la nouvelle vocation de ces lieux ancestraux est d'accueillir des hôtes afin qu'ils puissent partager les chuchotements  d'antan de ces  murs  toujours présents dans ce site de verdure de la vallée de l'Ellé.

        Propriété mal menée par les  quelques crues séculaires, la dernière en  date fut d'une violence inouïe. Le 12 décembre 2000, hôte surprise,  la rivière  traverse le bâtiment dévastant tout sur son passage sur une hauteur de deux mètres. Le tablier du pont n'a pas supporté les arbres charriés et transformés en véritables béliers par les eaux. Le garde corps du pont,  plus que centenaire, n'a pas, lui non plus,  résisté à la furie de cette rivière, si tranquille en d'autres périodes.  Ce qui a valu  aux  hôtes que nous sommes de restés trois jours durant au premier étage, otages  de la rivière et de ses eaux boueuses. Six mois de réfection ont permis de  remettre à flot le gîte  du rez de chaussée, et dés le mois de juin 2001, il abrita de nouveau ses hôtes venus goûter la quiétude de l'endroit,  au fond de la vallée de l'éllé.

Bon séjour au moulin de la Mothe !



Site web créé avec Lauyan TOWebDernière mise à jour : lundi 23 juillet 2018